Vous êtes ici : Accueil : Actualité

  • a-
  • a+
  • Imprimer la page
  • Ajouter aux favoris

Démoclès : pour une gestion des déchets du BTP au service de l’économie circulaire

Démoclès : pour une gestion des déchets du BTP au service de l’économie circulaire

Une pluralité d’organismes, d’entreprises et d’administrations se mobilisent depuis novembre 2014 à travers la démarche Démoclés pour faire progresser le recyclage des éléments de second œuvre issus des chantiers de démolition et de réhabilitation. Un projet collaboratif et ambitieux qui s’inscrit dans une logique d’économie circulaire.

Chaque année, le secteur du BTP produit 38,2 millions de tonnes de déchets (1), dont environ un quart (10,2 millions de tonnes) d’éléments de second œuvre issus des chantiers de démolition et de réhabilitation de bâtiments (lire encadré). Pour ces derniers, le taux de recyclage ne dépasse pas 30 %, contre 50 % pour l’ensemble des déchets du BTP (2). Or l’objectif européen, repris par la France dans son plan déchets 2014-2020, est de parvenir à l’horizon 2020 à un taux de 70 % de valorisation matière des déchets du secteur du BTP.

 

Dépose sélective et filières appropriées

Pour atteindre cet objectif et commencer à inscrire les acteurs du bâtiment dans une économie circulaire, 28 organismes, entreprises et administrations ont lancé en novembre 2014 le projet Démoclés. Dans une démarche collaborative, ils entendent faire évoluer les pratiques vers la généralisation de la dépose sélective des éléments de second œuvre et de leur traitement par les filières appropriées.

Tous les acteurs sont concernés, du maître d’ouvrage au recycleur en passant par les démolisseurs, les maîtres d’œuvre et les fabricants. Tous sont mobilisés pour définir les modalités techniques de la mise en œuvre d’une gestion des déchets maximisant leur recyclage, dans le respect des équilibres économiques de chacun. La gouvernance de la démarche est assurée par huit organismes représentatifs de l’ensemble des protagonistes et soutenus par les ministères de l’Écologie et de l’Économie et par l’Ademe.

 

Des chantiers tests en Rhône-Alpes

Dans la pratique, le projet Démoclés s’appuie sur dix chantiers tests conduits en Île-de-France et en Rhône-Alpes. Ceux-ci permettent d’étudier le gisement de déchets, d’identifier les freins existants et les leviers possibles et de mesurer les économies générées par la valorisation des éléments de second œuvre déposés sélectivement, par rapport à leur destruction en mélange.

Les données issues de ces chantiers tests sont analysées par quatre groupes de travail impliquant des acteurs publics – dont la Région Rhône-Alpes –, privés et associatifs. Leur expertise permettra de préciser les modalités opérationnelles de la dépose sélective des éléments de second œuvre, en prenant en compte les exigences et les contraintes des différents acteurs. Des recommandations seront aussi formulées à l’intention des maîtres d’œuvre et d’ouvrage, pour favoriser la prise en compte de la gestion des déchets en amont des chantiers et leur traçabilité. Des recommandations porteront également sur les compétences requises pour les activités de dépose sélective et les besoins en formation des conducteurs de travaux, chefs de chantier, ouvriers de la démolition… Les conclusions sont attendues pour fin 2015.

 

10 000 emplois à la clé

Au-delà de l’objectif de 70 % de recyclage des déchets du BTP, que confirmera la loi de transition énergétique en cours de discussion au Parlement, le projet Démoclés vise à répondre à l’inflation du coût de traitement des déchets en mélange pour les opérateurs de la démolition et de la réhabilitation. En s’appuyant sur de réelles opportunités, notamment le développement de nouvelles solutions pour la gestion des déchets, l’ambition du gouvernement de favoriser la mise en œuvre d’une économie circulaire et la volonté de l’ensemble des acteurs du BTP de contribuer à l’amélioration de leurs pratiques.

Surtout, augmenter le recyclage des déchets du BTP, plutôt que de les enfouir, permettra de réduire l’impact environnemental de ces activités et de soutenir des filières créatrices d’emplois non délocalisables : les partenaires de Démoclés estiment que 10 000 emplois pourraient être créés si l’on atteignait l’objectif de 70 % de taux de recyclage.

(1) Source : Service statistique du ministère du Développement durable (SOeS)

(2) Source : Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe)

(3) Association des industries de produits de construction (AIMCC), Association des maires de France (AMF), Comité national de liaison des régies de quartier (CNLRQ), Fédération des industries électriques et électroniques et de communication (FIEEC), éco-organisme Récylum, Syndicat national des entreprises de démolition (SNED), Syndicat des recycleurs du BTP (SRBTP), Union nationale des économistes du bâtiment (UNTEC)

 

Plus d’informations sur le site de Récylum, coordinateur de la démarche Démoclés

 

Les déchets du second œuvre : 10,2 millions de tonnes par an

Ce sont tous les éléments non constitutifs de la structure d’un bâtiment (à l’exception du plomb et de l’amiante qui sont soumis à une réglementation spécifique). Ils se composent à :

> 49 % de déchets inertes : verre, faïence, carrelage, sanitaires…

> 48,6 % de déchets non dangereux : plâtre, bois, revêtements de sol, isolants, ouvrants, équipements électriques non dangereux…

> 2,4 % de déchets dangereux : sources lumineuses, bois traité…


 

Derniers articles publiés

  • Du 30-03-17 au 29-04-17 1/3

    Aucun article ce mois ci

  • Du 28-02-17 au 29-03-17 2/3

    Aucun article ce mois ci

  • Du 29-01-17 au 27-02-17 3/3

    Aucun article ce mois ci

prec next